Logo du réseau de recherche en santé de la vision Logo du fonds de la recherche du Québec - santé

Lauréats du Prix Réseau vision 2018-2019

agostinone2

Jessica AGOSTINONE
Étudiante au doctorat, Université de Montréal
Laboratoire : Dre Adriana Di Polo

Publication: Agostinone J, Alarcon-Martinez L, Gamlin C, Yu WQ, Wong ROL, Di Polo A. Insulin signalling promotes dendrite and synapse regeneration and restores circuit function after axonal injury. Brain. 2018 Jul 1;141(7):1963-1980. 

Lors de mon cursus universitaire, j’ai d’abord effectué une maîtrise en Neurosciences dans le laboratoire du Dr Di Polo. J’ai ensuite eu l’opportunité de réaliser un passage accéléré au doctorat. L’acquisition d’une expertise poussée en vision ainsi qu’en microchirurgies chez la souris m’ont permis d’être invitée à un stage de recherche dans un laboratoire de renommée aux USA ainsi qu’à participer à plusieurs collaborations.

***

Couture

Camille COUTURE
Étudiante au doctorat, Université Laval
Laboratoires : Dre Lucie Germain et Dr Sylvain Guérin

Publication: Couture C, Desjardins P, Zaniolo K, Germain L, Guérin SL. Enhanced wound healing of tissue-engineered human corneas through altered phosphorylation of the CREB and AKT signal transduction pathways. Acta Biomaterialia. 2018 Jun;73:312-325

Je suis présentement étudiante au doctorat dans le programme de biologie cellulaire et moléculaire de l’Université Laval, lequel j’effectue sous la direction des Drs Lucie Germain et Sylvain Guérin au Centre Universitaire d’Ophtalmologie (CUO-recherche) du CHU de Québec. En 2011, j’ai débuté mes études au baccalauréat en sciences biomédicales à l’Université Laval afin d’acquérir des compétences solides en recherche fondamentale. Ce programme, axé sur la pratique, m’a permis de réaliser plusieurs stages à temps complet dans quelques centres de recherche de la ville de Québec. Outre mes stages au CUO recherche, j’ai également travaillé sur l’asthme et l’infertilité masculine. Néanmoins, ma passion grandissante pour l’ophtalmologie et mon aisance en génie tissulaire m’ont poussée à poursuivre à la maîtrise dans ce domaine.

Mes travaux au doctorat au CUO-recherche concernaient l’étude de la guérison des plaies cornéennes. Je suis plus particulièrement intéressée aux processus cellulaires et moléculaires qui ont lieu lors d’une lésion à la cornée, notamment au niveau des changements dans l’expression de gènes dont les produits permettent d’assurer une guérison adéquate de ce tissu. En guise de modèle, j’utilise les cornées humaines reconstruites par génie tissulaire, dont la méthodologie a été développée au LOEX à Québec. Les cornées reconstruites sont un outil formidable pour étudier plusieurs aspects de la cornée avant même l’utilisation des cornées cadavériques ou de modèles animaux.

***

Cherif_HosniDuhamel_Francois

Hosni CHERIF et François DUHAMEL
Étudiants au doctorat, Université de Montréal
Laboratoires :  Dr Jean-François Bouchard (HC) et Dr Sylvain Chemtob (FD) 

PublicationCherif H*, Duhamel F*, Cécyre B, Bouchard A, Quintal A, Chemtob S, Bouchard JF. Receptors of intermediates of carbohydrate metabolism, GPR91 and GPR99, mediate axon growth. PLoS Biol. 2018 May 17; 16(5) *égale contribution

Hosni CHERIF: Hosni Cherif a obtenu son baccalauréat en biochimie de l’Université du Québec à Montréal en 2009. Il a ensuite poursuivi ses études supérieures à l’Université de Montréal dans le laboratoire du Pr. Jean-François Bouchard. Hosni a obtenu son doctorat en sciences de la vision / biologie cellulaire et moléculaire en 2016. Son projet de thèse a démontré, pour la première fois, l’implication des récepteurs couplés aux protéines G (GPCR) dans la croissance et le guidage des axones des cellules ganglionnaires de la rétine au cours de l’établissement des circuits visuels. Actuellement et en tant que stagiaire postdoctoral, il travaille à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour le traitement des désordres de la colonne vertébrale et de nouveaux biomarqueurs afin d’améliorer les traitements classiques.

Hosni a reçu une subvention de recrutement du réseau Vision, une bourse de doctorat conjointe de la faculté des études supérieures et de l’école d’optométrie (FESP-EOUM) et cinq bourses du programme Vision Sciences. Au cours de sa formation postdoctorale, il a reçu des bourses de recherche de la Fondation Cole, de Mitacs-Accelerate, du Centre universitaire de santé McGill et du Réseau de recherche sur la santé buccale et osseuse. Il a présenté son projet à plusieurs conférences scientifiques nationales et internationales. L’excellence de son travail a été soulignée par l’attribution ultérieure de plusieurs prix du réseau Vision-FRQS pour la meilleure présentation par affiche en 2011 et 2012 et pour la meilleure publication en 2015 (Réseau vision-FRQS) et en 2016 (Prix Cerveau en tête-des IRSC).

François DUHAMEL: Suite à un baccalauréat en biochimie à l’Université de Montréal, François a effectué une maîtrise en pharmacologie à l’Institut de Recherche en Immunologie et Cancérologie (IRIC), sous la gouverne du Dr. Sylvain Meloche. C’est lors de sa maîtrise qu’il a développé une expertise en signalisation et croissance cellulaire, son projet de recherche ciblant l’activation de la voie Jak/Stat par les récepteurs couplés aux protéines G (RCPGs). Par la suite, François poursuivit sa formation en effectuant un baccalauréat en pharmacie à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal durant lequel il reçut plusieurs prix d’excellence et d’implication, tel que le prix du Centenaire de l’Association des Pharmaciens du Canada et le « National Summer Student Research Program award » de Merck Frosst Canada.

Devenu pharmacien-clinicien, François entama son doctorat en pharmacologie au Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine dans le laboratoire du Dr. Sylvain Chemtob. Ses projets de recherche se concentrent sur l’implication des RCPGs, tel que les récepteurs d’intermédiaires carbohydrate du métabolisme, dans le développement du réseau vasculaire rétinien et leur rôle dans les rétinopathies ischémiques. Au cours de son doctorat, François participa jusqu’à présent à la publication de neuf articles et présenta les résultats de ses projets de recherche dans plusieurs congrès nationaux et internationaux (ARVO, Gordon Research, etc.). De plus, il obtenu de nombreuses bourses de doctorat (FRQS, IRSC Banting & Best, Fondation des Étoiles & Fondation du CHU-Ste-Justine, FES-Hydro-Québec) et trois prix pour la meilleure présentation lors d’une journée de recherche (orale et par affiche).

***

 Polytechnique_27carolineperronphotographies (1)

Ariel WILSON
Stagiaire postdoctorat, Université de Montréal
Laboratoire : Dr Przemylaw (Mike) Sapieha  

Publication: Wilson AM, Mazzaferri J, Bergeron É, Patskovsky S, Marcoux-Valiquette P, Costantino S, Sapieha P, Meunier M. In Vivo Laser-Mediated Retinal Ganglion Cell Optoporation Using KV1.1 Conjugated Gold Nanoparticles. Nano Lett. 2018 Nov 14;18(11):6981-6988

Ariel Wilson est une stagiaire postdoctorale en biochimie dans le laboratoire de Dr. Sapieha au centre de recherche de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Elle a complété un stage postdoctoral dans le laboratoire de Dr. Meunier à l’École Polytechnique de Montréal en génie physique (2014-2017). Ariel a complété son doctorat dans le laboratoire de Dre. Di Polo en Pathologie et biologie cellulaire à l’Université de Montréal (2007-2014), sa maîtrise dans le laboratoire de Dr. Albert en Médecine cellulaire et moléculaire à l’Université d’Ottawa (2004-2007) et son baccalauréat en Biologie à McGill (2001-2004). Ariel a reçu la bourse postdoctorale prestigieuse du Conseil de Recherches en Sciences Naturelles et en Génie du Canada (2015-2017) ainsi que la bourse MÉDITIS (2014-2015) pour ses recherches à l’École Polytechnique de Montréal. Elle a 13 articles publiés dans des revues dotées de comité de comité de pairs, dont des articles comme premier auteur dans Science Immunology, Nano Letters et Journal of Neuroscience. Ariel a donné 31 présentations lors de conférences nationales et internationales, publié 38 résumés scientifiques, et a 2brevets. Elle a gagné le prix du meilleur article scientifique à l’HMR en 2018 pour sa publication dans Science Immunology, a gagné 7 prix de meilleure présentation dans des conférences diverses, et a obtenu 5 bourses de voyage. Ariel a une vaste expérience en recherche, ayant travaillé dans les domaines de thérapie génique appliquée à la rétine et survie neuronale (PDF, PhD), biologie cellulaire myéloide dans le contexte de l’obésité (PDF), voies de signalisation dopaminergique dans le contexte de transformation cellulaire (MSc) et l’expression de protéines de jonctions serrées lors du développement ovocytaire (BSc).

***

Photo Corinne Zinflou1

Corinne ZINFLOU
Étudiante au doctorat, Université Laval
Laboratoire : Dr Patrick J. Rochette

Publication:  Zinflou C, Rochette PJ. Absorption of blue light by cigarette smoke components is highly toxic for retinal pigmented epithelial cells. Arch Toxicol. 2018 Nov 13. doi: 10.1007/s00204-018-2344-3.

Je suis titulaire d’un baccalauréat en biologie de l’Université Laval, au cours duquel j’ai effectué un stage de recherche sous la supervision du Pr. Sylvain Guérin (PhD), au Centre de Recherche du CHU de Québec. Ce stage portait sur l’étude des mécanismes moléculaires modulant l’expression génique de l’intégrine α5, lors du processus de cicatrisation de la cornée. Au terme du bac, mon intérêt pour les sujets liant la santé au potentiel toxique de l’environnement m’a conduite à effectuer une maîtrise en médecine expérimentale (spécialité toxicologie environnementale), sous la supervision du Pr. Pierre Ayotte (PhD), dans le laboratoire de biomarqueurs du Centre de Toxicologie de Québec (Institut National de Santé Publique du Québec). Mon projet visait à élaborer une méthode permettant d’utiliser la capacité de réparation de l’ADN comme biomarqueur de susceptibilité à l’exposition chronique à l’arsenic, un polluant environnemental ubiquitaire.

Je poursuis actuellement mon doctorat dans le laboratoire du Pr. Patrick Rochette (PhD), au centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, dans l’Axe médecine régénératrice. Mon projet s’intéresse au potentiel toxique des rayons lumineux dans l’oeil. Il s’articule en deux principaux volets : les conséquences de l’oxydation causée par les rayons ultraviolets-A au niveau de la cornée et l’impact de lumière bleue sur l’intégrité de l’épithélium pigmenté rétinien. En parallèle à ce projet, j’ai participé à une étude visant à estimer le vieillissement des tissus oculaires au moyen de l’analyse du raccourcissement télomérique, qui a conduit à une publication pour laquelle je suis co-premier auteur. L’article faisant l’objet de cette demande est mon troisième article. Il est le fruit des travaux réalisés dans le cadre du second volet de mon projet. Mes études doctorales m’ont permis d’acquérir une expertise technique très variée ainsi qu’une bonne connaissance des mécanismes moléculaires liés à l’oxydation. J’ai eu la chance de présenter mes travaux lors de plusieurs symposiums et été récompensée par un prix d’excellence dans la catégorie présentation orale à la réunion annuelle du RRSV en 2016 et à la Journée Annuelle de la Recherche en Ophtalmologie en 2018. Des bourses de voyage m’ont été octroyées pour présenter mes résultats en 2016 au congrès biannuel de l’American Society for Photobiology tenu à Tampa Bay et en 2018 à la rencontre annuelle de l’ARVO tenue à Honolulu.