Logo du réseau de recherche en santé de la vision Logo du fonds de la recherche du Québec - santé

Lauréats du Prix Réseau vision 2017-2018

Liu_Liu

Liu Liu
Étudiant au doctorat, Université McGill
Laboratoire : Dr Christopher Pack

Publication: Liu LD, Pack CC. The contribution of area MT to visual motion perception depends on training. 19 juillet 2017, Neuron 95, p436-446.

J’ai commencé ma formation en neuroscience à l’Université de Toronto. J’ai terminé ma thèse de premier cycle avec le Dr William D Hutchison étudiant le mécanisme de la stimulation cérébrale profonde, un traitement pour les troubles du mouvement tels que la maladie de Parkinson. Nous avons trouvé que la stimulation cérébrale profonde peut réduire l’activité neurologique pathologique et la remplacer par un mode d’activité régulier (Liu et al., 2012 J Neurophysiol). Nous avons en outre montré que ceci est important pour le traitement de la maladie de Parkinson et des résultats des patients (Prescott et al., 2014, Kronenbuerger et al., 2010).

Pour élargir mon horizon de recherche et acquérir de l’expérience en travaillant sur des modèles animaux, j’ai ensuite commencé mon doctorat à l’Université McGill. J’ai fait des rotations dans divers laboratoires et découvert ma passion pour la recherche sur la vision dans le laboratoire du Dr Christopher Pack. J’ai examiné le codage neuronal et le circuit neuronal sous-jacent des comportements visuels chez les primates (Liu et al., 2016 eLife, Liu et al., J Neurosci sous presse, Cui et al., 2013, 2016 J Neurosci). Dernièrement, Dr. Pack et moi avons découvert que les circuits sous-jacents aux comportements visuels peuvent être assez plastiques et dépendent de l’entraînement des animaux (Liu & Pack 2017 Neuron)

J’ai récemment commencé ma bourse postdoctorale au Janelia Research Campus du Howard Hughes Medical Institute en collaboration avec Drs. Karel Svoboda et Nuo Li. L’environnement collaboratif chez Janelia me donne toute liberté pour poursuivre des questions intéressantes en neurosciences dans ma prochaine étape de formation.

 

Photographie-IanMassé

Ian O. Massé
Étudiant au doctorat, Université du Québec à Trois-Rivières
Laboratoire : Dr Denis Boire

Publication: Massé, I O, Ross, S, Bronchti, G, et Boire, D. Asymmetric Direct Reciprocal Connections Between Primary Visual and Somatosensory Cortices of the Mouse. Cerebral Cortex, 1er Septembre 2017, 27:9, p4361–4378.

J’ai effectué mon doctorat en psychologie, profil recherche, à l’Université du Québec à Trois-Rivières, dans le laboratoire de neuroanatomie fonctionnelle, sous la direction des Drs Gilles Bronchti et Denis Boire. Cette université était un excellent choix pour effectuer des études de cycle supérieur en neurosciences puisque plusieurs unités de recherches sont engagées de manière dynamique dans ce domaine, et les chercheurs collaborent activement en partageant leurs équipements et expertises ce qui m’a permis d’apprécier davantage les différents aspects d’une étude en neuroscience. L’implication des différents directeurs de recherche de ces laboratoires m’a permis d’assister à plusieurs activités proposées dans le but d’encadrer les étudiants gradués dans leurs projets, tels que des conférences et des séminaires. L’université elle-même m’a également encouragé à participer aux congrès nationaux et internationaux en neurosciences en m’offrant un soutien financier. Le Dr Boire m’a également permis de devenir membre du Réseau de la Recherche en Santé de la Vision FRQS. Ceci m’a permis de connaître les principaux intervenants dans leur domaine d’étude, de prendre connaissance des travaux des étudiants de cycles supérieurs des autres universités du Québec et aussi d’assister à des conférences de chercheurs de renommée internationale. Depuis le début de mon parcours en recherche, mes habiletés de communication se sont vues récompensées par le RRSV avec l’obtention d’un prix de présentation par affiche scientifique lors de la réunion annuelle de 2015 et d’un prix de présentation orale lors de la journée de l’axe cerveau et perception de 2012.

J’ai donc fait ma thèse portant sur « Les connexions des cortex sensoriels primaires pour le traitement contextuel et multisensoriel de l’information » dans le laboratoire des Drs Bronchti et Boire. Les problématiques qui y sont abordées, soit la plasticité neuronale et la connectivité du cerveau, correspondaient à mes intérêts de recherche. Cette thèse m’a permis de contribuer de façon originale aux connaissances sur la microcircuiterie, la neuroanatomie, la vision, la connectivité entre les cortex sensoriels primaires, les interactions multisensorielles, la perception sensorielle, et la cécité, en plus de me permettre de publier un article dans la prestigieuse revue Cerebral Cortex. J’ai employé dans cette thèse la souris comme modèle animal de recherche afin d’utiliser des techniques invasives et apprécier les substrats anatomiques des connexions du cerveau à l’échelle cellulaire. Cela m’a permis de maîtriser l’utilisation des rongeurs à des fins d’expérimentation.

 

Corinne Zinflou

Corinne Zinflou
Étudiante au doctorat, Université Laval
Laboratoire : Dr Patrick J. Rochette

Publication: Zinflou C, Rochette PJ. Ultraviolet A-induced oxidation in cornea: Characterization of the early oxidation-related events. Free Radic Biol Med. Juillet 2017, 108, p118-128

Je suis titulaire d’un baccalauréat en biologie de l’Université Laval, au cours duquel j’ai effectué un stage de recherche sous la supervision du Pr. Sylvain Guérin (PhD), au Centre de Recherche du CHU de Québec. Ce stage portait sur l’étude des mécanismes moléculaires modulant l’expression génique de l’intégrine α5, lors du processus de cicatrisation de la cornée. Au terme du bac, mon intérêt pour les sujets liant la santé au potentiel toxique de l’environnement m’a conduite à effectuer une maîtrise en médecine expérimentale (spécialité toxicologie environnementale), sous la supervision du Pr. Pierre Ayotte (PhD), dans le laboratoire de biomarqueurs du Centre de Toxicologie de Québec (Institut National de Santé Publique du Québec). Mon projet visait à élaborer une méthode permettant d’utiliser la capacité de réparation de l’ADN comme biomarqueur de susceptibilité à l’exposition chronique à l’arsenic, un polluant environnemental ubiquitaire.

Je poursuis actuellement mon doctorat dans le laboratoire du Pr. Patrick Rochette (PhD), au centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, dans l’Axe médecine régénératrice. Mon projet s’intéresse à la toxicité des rayons lumineux dans l’oeil. Il s’articule en deux principaux volets : les conséquences de l’oxydation causée par les rayons ultraviolets-A au niveau de la cornée et l’impact de lumière bleue sur l’intégrité de l’épithélium pigmenté rétinien. L’article faisant l’objet de cette demande est le fruit des travaux réalisés dans le cadre du premier volet. Mes études doctorales m’ont permis d’acquérir une expertise technique très variée ainsi qu’une bonne connaissance des mécanismes moléculaires liés à l’oxydation. J’ai eu la chance de présenter mes travaux lors de plusieurs symposiums et obtenu un prix d’excellence dans la catégorie présentation orale à la réunion annuelle du RRSV en 2016. Une bourse de voyage de l’American Society for Photobiology m’a été octroyée en 2016 pour présenter mes résultats au congrès biannuel tenu à Tampa Bay. En parallèle à mon projet, j’ai participé à une étude visant à estimer le vieillissement des tissus oculaires au moyen de l’analyse du raccourcissement télomérique, qui a conduit à une publication dans le journal IOVS pour laquelle je suis co-premier auteur.