Logo du réseau de recherche en santé de la vision Logo du fonds de la recherche du Québec - santé

Lauréats du Prix Réseau Vision 2013-2014

 2013-2014_Francois Binet

François Binet
Étudiant au post-doctorat, Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Laboratoire: Dr Przemyslaw (Mike) Sapieha

Binet F, Mawambo G, Sitaras N, Tetreault N, Lapalme E, Favret S, Cerani A, Leboeuf D, Tremblay S, Rezende F, Juan AM, Stahl A, Joyal JS, Milot E, Kaufman RJ, Guimond M, Kennedy TE, Sapieha P. Neuronal ER stress impedes myeloid-cell-induced vascular regeneration through IRE1α degradation of netrin-1. Cell Metab. 2013 Mar 5;17(3):353-71. doi: 10.1016/j.cmet.2013.02.003. PubMed PMID: 23473031.

François Binet a complété son PhD à l’INRS-Institut Armand-Frappier dans le laboratoire du Dr Denis Girard. Ses études doctorales ont porté sur la caractérisation du mécanisme d’action du trioxyde d’arsenic, une drogue chimiothérapeutique, sur la biologie du neutrophile humain. Les résultats de cette étude ont mené à l’identification de nouvelles protéines impliquées dans l’apoptose du neutrophile ainsi que l’identification d’une nouvelle voie moléculaire, soit la voie de l’ER stress chez ce leukocyte. François a ensuite complété un post-doctorat au sein du laboratoire du Dr Mike Sapieha au Centre de recherche de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Ses recherches postdoctorales ont porté sur le rôle des molécules de guidage neuronal, soit la nétrine-1 et la sémaphorine 3A dans l’angiogénèse réparatrice. De plus, ces travaux ont permis de saisir l’importance des voies de l’ER stress dans l’apparition des excroissances vasculaires caractéristiques des rétinopathies prolifératives (rétinopathie du prématuré, rétinopathie diabétique). Aussi, une partie de ses recherches ont porté sur le GPR91, le récepteur au succinate. Ces travaux ont démontré que les souris GPR91-/- développent une pathologie similaire à la DMLA, soit l’apparition de lésions rétiniennes et l’épaississement de la membrane de Bruch. L’analyse d’une vaste banque de données a démontré une corrélation significative entre l’apparition de la DMLA et la présence de variations génétiques dans la séquence de GPR91 chez les humains.

*    *    *

ImageJ=1.47g unit=inch

Bruno Cécyre
Étudiant au doctorat, sciences de la vision, École d’optométrie
Laboratoire: Dr Christian Casanova et Dr Jean-François Bouchard

Cécyre B, Zabouri N, Huppé-Gourgues F, Bouchard JF, Casanova C. Roles of cannabinoid receptors type 1 and 2 on the retinal function of adult mice. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2013 Dec 11;54(13):8079-90. doi: 10.1167/iovs.13-12514. PubMed PMID: 24255040.

Bruno Cécyre est titulaire d’un baccalauréat en pharmacologie de l’Université de Sherbrooke et termine présentement ses études de maîtrise en sciences de la vision à l’Université de Montréal. Il amorcera dès janvier 2013 un PhD en sciences de la vision dans les laboratoires des Drs Jean-François Bouchard et Christian Casanova. Il s’intéresse au système endocannabinoïde et à son implication dans le système visuel. Avant de commencer sa maîtrise, il a effectué deux stages de recherche dans le laboratoire du Dr Bouchard, au cours desquels il s’est découvert une passion pour l’étude du système endocannabinoïde et la vision. Dans son mémoire de maîtrise, il a traité de l’expression et de la fonction du système endocannabinoïde dans la rétine de rongeur. Le but principal de sa thèse de doctorat sera d’évaluer le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes dans certaines maladies visuelles.

*    *    *

2013-2014_Agustin Cerani

Agustin Cerani
Étudiant à la maîtrise, biochimie et médecine moléculaire, Université de Montréal
Laboratoire: Dr Przemyslaw (Mike) Sapieha

Cerani A, Tetreault N, Menard C, Lapalme E, Patel C, Sitaras N, Beaudoin F, Leboeuf D, De Guire V, Binet F, Dejda A, Rezende FA, Miloudi K, Sapieha P. Neuron-derived semaphorin 3A is an early inducer of vascular permeability in diabetic retinopathy via neuropilin-1. Cell Metab. 2013 Oct 1;18(4):505-18. doi: 10.1016/j.cmet.2013.09.003. PubMed PMID: 24093675.

Je suis né à Buenos Aires en Argentine, et j’ai immigré au Canada en 2004. À Vancouver, Colombie-Britannique, où j’ai d’abord vécu, j’ai poursuivi mes études de premier cycle en sciences biologiques à l’Université Simon Fraser (SFU). J’y ai obtenu ma première expérience de recherche sous la supervision du Dr Gordon Rintoul. Durant cette période, j’ai développé un grand intérêt dans le domaine des neurosciences en étudiant la dynamique mitochondriale dans les neurones et les astrocytes en relation avec  les accidents vasculo-cérébrales. J’ai par la suite déménagé en 2010 à l’est du pays, à Montréal, pour y rejoindre un nouveau laboratoire, celui du Dr Przemyslaw Sapieha à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) afin de poursuivre des études supérieures au Département de biochimie et de médecine moléculaire de l’Université de Montréal. J’ai ainsi commencé à étudier les interactions neuro-vasculaires dans la physiopathologie de la rétinopathie diabétique. En me focalisant sur l’une des complications les plus fréquentes du diabète, je me suis alors de plus en plus intéressé à ses implications épidémiologiques et cliniques. Ceci m’a inévitablement conduit à vouloir mon expérience primaire en recherche fondamentale à la recherche épidémiologique du diabète et d’autres maladies chroniques.

 *    *    *

2013-2014_Jennifer Lake

 Jennifer Lake
Étudiant au doctorat, biologie moléculaire et cellulaire, Université Laval
Laboratoire: Dr Sylvain Guérin

Lake J, Zaniolo K, Gaudreault M, Carrier P, Deschambault A, Bazin R, Germain L, Salesse C, Guérin SL. Expression of the α5 integrin gene in corneal epithelial cells cultured on tissue-engineered human extracellular matrices. Biomaterials. 2013 Sep;34(27):6367-76. doi: 10.1016/j.biomaterials.2013.05.007. Epub 2013 May 30. PubMed PMID: 23727260.

Je détiens un Baccalauréat en biologie et un Certificat en Biotechnologie de l’Université Laval. J’ai également contribué à la recherche de plusieurs façons avec mes divers stages et emplois associés aux domaines de la biologie moléculaire et cellulaire et des biotechnologies. En 2001, j’ai participé à la réalisation des travaux de recherche du Dr Alan Anderson sur la régulation des gènes de cytochromes P450 par le phénobarbital lors de mon Initiation à la recherche I-II en biologie moléculaire. En 2002, j’ai collaboré à la réalisation des travaux de recherche du Dr Normand Marceau sur les rôles des kératines dans la réponse des hépatocytes au stress. Lors d’un stage en 2003, j’ai permis l’avancement du projet de recherche du Dr Jean Bérubé sur l’identification et la classification des différentes espèces d’Armillaires. En 2004, j’ai effectué une maîtrise en Sciences animales à l’Université Laval sous la supervision du chercheur Grant Vandenberg avec le projet « Vers une nouvelle approche pour établir les besoins nutritionnels (en particulier ceux en P) de la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) à l’aide de puces génétiques ». En 2007, j’ai permis l’avancement des projets de recherche du Dr Louis Bernatchez lors de mon emploi comme professionnelle de recherche en effectuant des analyses de qPCR d’expression de 4 gènes chez le muscle blanc et le foie des corégones et en faisant des comparaisons de profils d’expression des gènes du muscle blanc de populations d’élevage de corégones normaux purs avec des nains purs et des comparaisons de corégones rétrocroisements nains avec des rétrocroisements normaux pour le projet du co-chercheur Nicolas Derome. En 2008, j’ai entrepris un Doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire à l’Université Laval sous la supervision du chercheur Sylvain Guérin concernant un projet sur l’influence des composantes de la matrice extracellulaire sur l’expression du gène de la sous-unité α5 de l’intégrine α5β1 des les cellules épithéliales de cornée dans un contexte de cicatrisation cornéenne. J’ai été récipiendaire d’une Bourse d’études supérieures pour Maîtrise du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie au Canada (CRSNG) et d’une Bourse d’études supérieures du Canada F. Banting et C. Best pour Doctorat de l’Institut de recherche en santé du Canada (IRSC).

 *    *    *

2013-2014_Joëlle Lavoie

Joëlle Lavoie
Étudiant au doctorat, neurobiologie, Université Laval
Laboratoire: Dr Marc Hébert

Lavoie J, Hébert M, Beaulieu JM. Glycogen Synthase Kinase-3 Overexpression Replicates Electroretinogram Anomalies of Offspring at High Genetic Risk for Schizophrenia and Bipolar Disorder. Biol Psychiatry. 2013 Oct 16. pii: S0006-3223(13)00827-5. doi: 10.1016/j.biopsych.2013.08.035. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 24138923.

Joëlle Lavoie détient un baccalauréat en biologie médicale de l’Université du Québec à Trois-Rivières. En 2008, elle entreprend une maîtrise en neurobiologie à l’Université Laval sous la direction de Marc Hébert et Martin Beaulieu et, depuis 2009, elle est étudiante au doctorat suite à un passage accéléré. Elle s’intéresse à l’utilisation de l’électrorétinogramme (ERG) comme biomarqueur des maladies psychiatriques et ses recherches portent sur l’étude des mécanismes sous-jacents des anomalies de l’ERG observées chez les patients atteints de maladies psychiatriques. Pour ce faire, elle travaille à la fois avec les patients et avec des modèles animaux de maladies psychiatriques. Joëlle est récipiendaire de bourses d’études des Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS), du Centre de recherche sur le cerveau, le comportement et la neuropsychiatrie (CRCN) ainsi que de la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités. Elle a eu l’opportunité de présenter ses travaux à plusieurs journées scientifiques et congrès internationaux où elle a remporté plusieurs prix et distinctions offerts, entre autre, par l’Association for Research in Vision and Ophthalmology (ARVO), l’International Society for Clinical Electrophysiology of Vision (ISCEV) et le Réseau de recherche en santé de la vision (RRSV). Dans ses derniers travaux publiés dans le prestigieux journal Biological Psychiatry, elle démontre une association entre l’amplitude des ondes de l’ERG et l’expression de la glycogène synthase kinase-3 (GSK3) qui est un facteur de risque pour certaines maladies du cerveau, ce qui pourrait expliquer l’origine de certaines anomalies de l’ERG retrouvées chez des personnes atteintes ou à risque de maladies psychiatriques. Cela confirme que l’ERG est un bon outil pour investiguer les maladies mentales et pourrait éventuellement servir de biomarqueur pour les maladies psychiatriques.

  *    *    *

2013-2014_Renaud Manuguerra

Renaud Manuguerra-Gagné
Étudiant au doctorat, sciences biomédicales, Université de Montréal
Laboratoire: Drs Mark Lesk et Denis-Claude Roy

Manuguerra-Gagné R, Boulos PR, Ammar A, Leblond FA, Krosl G, Pichette V, Lesk MR, Roy DC. Transplantation of mesenchymal stem cells promotes tissue regeneration in a glaucoma model through laser-induced paracrine factor secretion and progenitor cell recruitment. Stem Cells. 2013 Jun;31(6):1136-48. doi: 10.1002/stem.1364. PubMed PMID: 23495088.

Lors de mon Baccalauréat en Sciences Biomédicales, j’ai développé un vif intérêt pour la recherche, plus particulièrement sur le développement cellulaire. Comprendre les mécanismes permettant à une cellule souche d’engendrer des progéniteurs pouvant effectuer un nombre toujours plus grand de tâches distinctes est pour moi une grande source de fascination et d’intérêt. C’est pourquoi je me suis engagé au doctorat dans un projet né une collaboration entre les laboratoires du Dr. Mark Lesk, ophtalmologue spécialiste en glaucome, et le laboratoire du Dr Denis-Claude Roy, spécialiste en hémato-oncologie et en cellules souches de la moelle osseuse. Mes travaux, publiés en 2013 dans la prestigieuse revue Stem Cells, ont démontré que des cellules de la moelle osseuse, appelées cellules souches mésenchymateuses (MSC), sont capables de restaurer la fonction de zones endommagées de l’œil responsables du développement du glaucome. C’est une découverte de grande importance car elle démontre qu’il est possible de réactiver des capacités régénératives en dormance dans un organe qui ne repousse pas en temps normal. Ces résultats extrêmement encourageants m’ont permis de présenter dans des plusieurs congrès nationaux (Stem Cell Network Annual General Meeting en 2008 et 2010, rencontre annuelle générale du réseau ThéCell en 2010, 2011 et 2013, Till and Mcculloch meeting en 2012, Rencontre annuelle du réseau vision en 2013) et internationaux (Association for Research in Vision and Ophthalmology et International Society for Stem Cell Research en 2009 et 2012) en plus de gagner de nombreux prix de présentations.

 *    *    *

2013-2014_Hocine Slimani

Hocine Slimani
Étudiant au doctorat, sciences biomédicales, École d’optométrie
Laboratoire: Dr Maurice Ptito

Slimani H, Danti S, Ricciardi E, Pietrini P, Ptito M, Kupers R. Hypersensitivity to pain in congenital blindness. Pain. 2013 Oct;154(10):1973-8. doi: 10.1016/j.pain.2013.05.036. PubMed PMID: 24040972.

Pour faire suite à mon baccalauréat en sciences biomédicales, j’ai entamé une maitrise en sciences de la vision en 2010. Voyant mon intérêt grandissant pour la recherche, j’ai effectué un passage accéléré au doctorat en 2011. Je travaille sous la direction de Dr Maurice Ptito, un chercheur reconnu mondialement pour ses travaux sur la plasticité cérébrale et la compréhension du cerveau aveugle. Son laboratoire, la Chaire Harland Sanders, est consacré exclusivement à la recherche sur les aveugles et a la réputation de fournir une formation de qualité à ses étudiants. Dr Ptito entretient une collaboration étroite avec Dr Ron Kupers du Panum Institute de l’Université de Copenhague et avec Dr Pietro Pietrini de l’Université de Pise. J’ai eu la chance d’accompagner Dr Ptito plusieurs fois à Copenhague et à Pise pour faire des stages de recherche pendant lesquels j’ai entamé mon projet de doctorat et j’ai acquis une expertise dans l’utilisation d’équipements sophistiqués que très peu de laboratoires ont à leur disposition. Pendant ces stages, j’ai eu l’opportunité d’être encadré par des experts dans les domaines de la psychophysique et de l’imagerie cérébrale. En outre, les stages à l’étranger représentent des occasions uniques de découvrir d’autres manières de travailler, d’autres approches de recherche et, pour couronner le tout, de construire des collaborations étroites avec des laboratoires qui travaillant dans le même sens que le nôtre. Ainsi, les projets avancent plus rapidement, sont beaucoup plus profonds et ont donc plus d’impact sur le monde scientifique. D’autres voyages à l’étranger sont prévus pour les années à venir afin de mieux comprendre ce sujet de recherche inexploré qui aura de grandes implications sur la compréhension de la cécité et des phénomènes plastiques qu’elle entraine.